• Accueil
  • > Archives pour octobre 2019

Archive pour octobre 2019

des voix dans la grotte

Mercredi 23 octobre 2019

Le jour s’est enfui dans la grotte. Main dans la main, toujours plus loin.
On descend cette galerie des miroirs, ventres noués.
Ses doigts sur la roche me montrent le chemin, quand elle grelotte.
Ses lèvres douces à la bougie, sa silhouette pâle qui tremblote. Sa lumière qui vacille et brille me suffit, je n’ai plus peur de rien.

.

Dans la grotte elle et moi - montage visuel 3

.

Notes pour dans la grotte elle et moi (démo 22.10.2019)

Echos. The descent. Le gouffre (comme pour Tom Et Becky, dans la grotte). The cave. Dans la grotte. Dans la grotte elle et moi.
Et maintenant que j’ai un thème, il faut que je décide d’un visuel. Des mains qui se tiennent avec de la lumière ?
Ou trouver une image de Tom et Becky justement, à retravailler. Ou juste une lumière dans une empreinte de main.
Même sans nouveau logiciel, comme le tour est noir, je peux faire du 16/9 pour cette vidéo/démo.
A priori j’ai l’image finale en 16/9 : dans la grotte elle et moi version 7F3.
Du coup j’ai les images pour 2 morceaux : Cool Ranch + Dans la grotte elle et moi.
Et pour la description je vais justement puiser dans mes notes des deux côtés : pour la grotte parler de Tom et Becky dans Tom Sawyer, une de mes séries animées favorites.

Ce petit enregistrement fait suite à je suis ce matin, où j’avais commencé à poster mes démos. Une démarche un peu nouvelle pour moi sur Youtube.
C’était la première fois que je publiais un travail aussi basique, aussi imparfait. Mais le but était justement de partir du point de départ, souvent une mélodie juste sifflée captée au micro/casque.

Pour cette nouvelle idée dont l’air m’est venu hier dans la nuit, je voulais pousser le projet un peu plus loin avec pour objectif de m’exercer doucement, me rapprocher du moment où je serai capable de chanter avec accompagnement, en version plus aboutie, et rendre réellement justice au texte.
Avec ce petit travail sur la voix, je fais un pas en avant, je teste.
Un autre point essentiel, était le retour à des visuels plus travaillés, avec de vrais concepts, et pas seulement des photos abstraites + titre.
Comme je me suis rapidement dirigé vers une ambiance héritée de Tom Sawyer, les deux adolescents qui se tiennent par la main, la bougie… les images se sont vite imposées, se calant sur le matériel sonore.
Le contour de ma propre main au crayon, puis une main féminine plus petite à l’intérieur pour que soit plus visuel (Aï du manga Video Girl par Masakazu Katsura, une illustration que j’avais en tête tirée de l’artbook 4C), la petite flamme à l’intérieur…
Travailler la musique et construire une mosaïque intéressante/riche avec mes miniatures sur ma chaîne Youtube. Ajouter encore un petit texte inédit pour rendre la partie promo/articles plus passionnante, apporter chaque fois du neuf.
Combiner toutes mes envies.
Seulement une vingtaine de secondes. Mais j’espère aller bien plus loin. Avec, en guise de référence cette petite lueur/voix, pour me guider si je me perds.

je suis ce matin (démo1)

Mardi 22 octobre 2019

.

Je suis ce matin avec elle
réveillé au ciel qui sommeille

Se sentir bien, vivre enfin… vibrer.
Dehors obscur, par la fenêtre, de tes murmures.
Dehors le sombre et je m’effondre… dans tes bras.

Quand se lève alors le soleil
Tu t’évanouis de mes rêves

Tu glisses tu fuis, je me rappelle, seulement de tes lèvres.
Retrouve-moi, la nuit dernière, m’ensorcelle.
Que tu me berces, tes yeux qui brillent, ma lumière.

Je serai demain quand elle veille
Une insomnie au pied de ton lit.

(paroles provisoires)

.

je suis ce matin - emachan démo 1 (paroles+photo)

Paroles provisoires manuscrites + image pour démo 1 thème vocal

Les paroles ci-dessus appartiennent au projet que j’ai nommé « Chanson test – étape par étape ». J’aimerais bien chroniquer la création d’une chanson, depuis le tout premier thème basique sifflé ou fredonné (enregistrements en vidéo, avec leurs imperfections, leurs approximations), puis tout le travail menant peu à peu à un résultat plus abouti, avec une interprétation plus soignée, les paroles définitives, l’accompagnement…
Si j’ai travaillé sur quelques titres en groupe (Tim Punk), le chant est toujours un domaine que je maîtrise mal, et c’est encore plus évident en solo.
Cet exercice est donc à la fois un jeu, un défi nouveau, l’opportunité de raconter mon travail au quotidien, mais aussi pour moi une façon de mieux m’organiser sur ce point, quand je compose avec une mélodie + du texte.

Il y a aussi le fait que j’accumule j’accumule des idées comme ça. Des petits thèmes basiques que je sifflote (car c’est le plus direct pour moi), que je fredonne. parfois quelques notes sur page ou en mémo, notes audio. Des sessions au clavier.
Ces idées s’entassent et ça commence à me peser.
A partir de maintenant, je vais partager ces prémices/ces promesses de plus en plus souvent, régulièrement… Poster au fur et à mesure. Même si ce n’est pas abouti. Ce sera le témoignage vérité d’un instant T. 
Les idées provisoires ont aussi leurs qualités, leur naïveté, cette force sincérité.
Il se peut que plus tard je décide de piocher dedans afin d’aller plus loin. J’aurai au moins un catalogue « public », officiel, une banque de données sur ma chaine youtube Emachan ou sur mon facebook, au lieu de garder tout pour moi au secret.
Un bon moyen de me motiver, faire en sorte que la publication devienne une seconde nature. Ce n’est pas encore le cas et parfois je me freine, mais viendra un moment où je n’y songerai même plus, partager le fruit de mes efforts sera juste une étape naturelle. J’espère que vous trouverez des trucs intéressants, un peu de divertissement. Et moi, ça me donne un but, ça me fait me sentir mieux. Comme avec les textes ou articles. être utile et utiliser chaque partie de mon boulot.
C’est encore, surtout en musique, un work in progress.
le chemin du perfectionnement/de l’apprentissage sera encore long. Je n’ai pas encore le bon équilibre dont je rêve. Mais J’ai de l’envie et de l’imagination, assez pour m’attaquer à ce problème.

Le boulon voyageur

Dimanche 13 octobre 2019

Il était une fois
une usine de robots
Le boulot m’allait bien
ma p’tite vie bien huilée
mais à trop faire des heures sup
j’ai pété un boulon

Mon boulon à la main je me suis arrêté
quand il m’a chuchoté:

« Tu as besoin de vacances, va chercher ta valise
Ta grise mine ta routine on la soigne à Venise »

Et nous voilà partis main dans la main soudés comme jamais

L’Italie en été
Les gondoles au fil de l’eau
La ville était noyée
alors on a rouillé

Direction le Far West

Ce voyage dans le passé
a détraqué mon horloge

Tokyo était trop high-tech,
j’étais pas assez à la pointe

De passage au pôle Nord
son aimant m’a déboussolé

A Paris la tour Eiffel
m’a fait couler une bielle
Trop de romantisme à la carte
m’a conduit au dérapage

En Afrique en Australie
des kangourous des moustiques
Trop de destinations de vertiges
ont troublé ma mécanique

Les vacances se terminent.

Retour à la maison
retour au bercail
Fabrication les trois-huit
la ferraille mon travail

Mais une chose a changé
cette maboule qui a croisé ma route
Elle m’a resserré la vis
devenant ma concubine

Il lui manquait un boulon
alors je lui ai filé le mien
Tout est bien qui finit bien

.

LE BOULON VOYAGEUR  documents (Tim-Punk-demo)

Tim Punk chanson démo – LE BOULON VOYAGEUR  documents

.

Depuis quelques jours, je pensais à bosser sur des textes en musique. J’avais même écrit une histoire de mon côté dans ce but.
Et puis durant la réunion hier soir, nous avons reparlé des K7 audio que nous écoutions étant enfants, avec ces histoires lues par des comédiens avec des bruitages/de la mélodie, ces petites comptines.
Une pincée de pincée de Terminator, de Tim Burton, Depeche Mode et leur chanson Stories of Old, et la valise sur les photos promo pour l’album Sounds of the Universe, un roman bb rose « La famille HLM – L’homme à la valise jaune » comme aide pour matérialiser le visuel, le jeu sur les mots…
Une petite musique synthétique très simple pour aller avec l’usine de robots et aussi le style naïf. Une histoire écrite à 4 mains avec aussi l’accompagnement sonore, l’enregistrement des voix, pour au final un résultat très épuré, mais nous avons réussi à atteindre l’essentiel en une petite dizaine d’heures.
Mission accomplie, tout est bien qui finit bien.

Oh surprise !!!

Dimanche 6 octobre 2019

Tim Punk - oh surprise (miniature5)

Oh surprise, when this new day starts
Only flames come through my eyes

I suffocate, crying into my brain
Rage and Silence everywhere

If the landscape is dying, my defenses down
Will you save me in crime?
Tomorrow is uncertain, more than when we fought
One last word from you to get out
Our love torn to restart

Oh surprise, when the thunder cracks
Desolation came at night
All these red flames running around

Breathing hard, ashes into my mouth
Our last kiss just fell apart

If the playground is burning, your child games mad
Can you please rewind?
The next day in question, upon us like a gun
This moon kills every lover
A 2nd chance, take my hand one more second
Skin on skin warm as ever
Our fingers burn together
Oh Sunrise you and I, delicate end of the world

(Paroles révisées du 6.10.2019)
.

Une chanson dont j’avais écrit la première moitié en juillet et complétée hier.
Le but était de commencer à récupérer toutes les démos que nous n’avons pas pu finaliser aux cours de nos séances musique en groupe, tous les textes laissés sur le bord de la route (une bonne dizaine en 2 mois 1/2) faute de temps, puisque qu’à chaque session nous postons un résultat développé sur 8-10h max.
L’exercice était aussi d’essayer un nouveau micro, gérer la partie chant dès le début pour finir avant la deadline du petit matin, avec un habillage correct autour.
Texte sombre/fin du monde sur mélodie entraînante, un contraste que j’ai souvent vu chez Depeche Mode (d’ailleurs le concept visuel avec les couleurs en cercle/spirale autour du titre fait un peu référence à la pochette Sounds of the universe).
L’expression « Oh!! » revient parfois dans mon travail. A la base, je crois que cette envie provient d’un segment très touchant de la série animée Paranoïa Agent (le réalisateur Satoshi Kon étant une de mes idoles).
En 2017, j’ai écrit un texte (resté inédit) sur une jeune fille d’un quartier populaire dont la balle de Baseball entrait dans le jardin d’un vieux monsieur ronchon, réputé pour être un « ogre ». Finalement la gamine et le reclus se liaient d’amitié, se découvrant plein de points communs et l’ermite devenant l’entraîneur de son groupe. Oh!!! c’était le titre.
J’aime bien créer comme ça des petites connexions discrètes/privées entre mes différents travaux et des époques assez éloignées, amener un sujet ailleurs…

Au final, malgré la mélodie sucrée, c’est le versant sombre qui émerge aujourd’hui: une histoire d’amour sur fond d’apocalypse qui semblerait tout droit sortie du générique de Terminator 2, avec son jardin d’enfants post-nucléaire, ses chevaux de bois et sa balançoire au milieu des flammes.
Ma part des ténèbres et la petite lumière qui résiste au milieu.
Bonne écoute.